Paris

Mélanie vit à Paris depuis 5 ans.

(On dirait un peu que je vais faire un reportage genre confessions intimes, mais pas du tout je vous rassure)

Mélanie, c’est ma copine depuis 1994. Non est est pas vieilles (un peu mine de rien) on s’est rencontrée dans les buissons de la maternelle (il y a avait pas de bac à sable, nous jugez pas).
C’est aussi, de façon totalement indéniable, la fille la plus dingue que je connaisse. Elle me disait l’autre jour que plus tard, elle sera la tata un peu cinglée de nos futurs enfants. Franchement, ouai.
Mais c’est pas vraiment sa faute en fait, parce que c’est tellement le genre de personne vers qui on a envie d’aller, qu’il est impossible pour elle de rentrer dans un bar sans en ressortir avec une nouvelle bande d’amis pour la vie.
C’est comme ça, la majorité des gens l’aime instantanément sans même avoir besoin d’une bonne raison. Après il faut quand même vous dire que c’est quelqu’un sur qui ont peut absolument compter (pas pour rien qu’elle sera ma demoiselle d’honneur), qui a le coeur sur la main (l’estomac dans la suite de son histoire, question 3), et, une fois n’est pas coutume de le dire, c’est aussi une fille incroyablement brillante (et une grande inventrice de blagues malgré elle).

Elle est aussi très sympa, parce que j’ai déglingué Paris (et ses habitants) dans mes questions, elle aurait pu me dire d’aller me faire voir avec mes questions de snobeuse de la ville, mais elle y a répondu, et elle a réussi le tour de force de me donner envie d’y remettre les pieds. (Bon de toute façon, j’y serais retourné pour la voir sans tout ça).

Et comme c’est la fille la plus cool du monde , et probablement la plus fêtarde de mes amies, vous pouvez lui faire confiance les yeux fermés quand elle vous dit qu’il y a une bonne ambiance.



 

Mélanie, tu vis à Paris, tu fais quoi là bas ? 

Ca fait à peu près 5 ans que je vis à Paris si mes calculs sont bons. J’ai fait une licence d’histoire de l’art, un Master 1 en conservation du Patrimoine et là je termine avec un DU d’Ingénierie culturelle : en gros j’ai quitté mon Alsace natale pour mes études, parce que ce n’est un secret pour personne que Paris c’est un peu « the place to be » de la culture en France.

C’est quoi ton quartier préféré ? 

Le truc chouette à Paris c’est qu’il y a une multitude de quartiers différents, mais du coup c’est assez difficile de choisir. On peut parler de Montmartre, des alentours du Canal Saint Martin, du quartier latin… Mais aujourd’hui je dirais que mon quartier préféré c’est celui dans lequel je viens d’emménager, le 11e. Il y a absolument tout : des petits bars et restaurants sympas, des marchés, des petites boutiques, et surtout une vraie vie de quartier ce qui rend tout de suite tout plus agréable. Dans la même journée tu peux bruncher dans une ambiance de salon d’antiquaire, flâner au marché couvert d’Aligre, aller dans trente librairies différentes, boire un verre devant un concert de jazz manouche à l’Atelier Charonne (la nourriture y est dégueu cela dit, attention), tomber sur une minuscule boutique de bijoux ethniques ou une épicerie alsacienne.  (Ndlr : personnellement, je ne sais pas vous, mais j’emménage pas dans un endroit où y’a pas d’épicerie Alsacienne de toute façon)

Montmatre 50's.jpg
Montmartre dans les années 50 par Jacques Verroust.

 

 

 

Le truc le plus dingue qu’il te soit arrivé depuis que tu habites là ? (Je sais qu’il t’arrive souvent des trucs bizarres, alors tu peux carrément faire une liste si tu veux) 

Ahah oui, c’est peut être la question pour laquelle j’ai le plus de choses à dire. Par exemple, je crois que ma photo doit tourner sur un site de fétichistes des pieds, j’en croise absolument tout le temps.

Sinon par une suite de hasards et d’aventures je me suis retrouvée à chanter « Ella Elle l’a » accompagnée au piano dans le sous sol d’une boîte gay entourée de nuages de fumée qui sent le chewing-gum et de travestis habillés en danseuses du ventre, en compagnie d’un patron de bar gay que j’ai vu laisser des clients payer de la cocaïne par carte bleue (inutile de préciser qu’il a fermé depuis longtemps). Pour la petite histoire après ça les amis avec lesquels j’étais sont tombés dans le bassin autour de la pyramide du Louvre, vous saurez donc au cas où il vous viendrait à l’esprit d’y mettre les pieds que le fond n’est pas plat. 

Un jour le patron du bar dans lequel je travaillais a interdit à un mec de se servir des toilettes (parce qu’il était noir), mec qui était en fait Joey Starr. Fidèle à son image, il lui a sorti une pluie de billets avant de venir me voir pour me dire que je bossais pour un fou, ce qui était vrai.

joey starr par james
J’irais pas l’embêter personnellement (Photo : James Bort)

Il y a le nombre de fois où je me suis retrouvée d’une manière ou d’une autre dans des clubs de striptease, pleins de moments où tu te retrouves à faire des choses improbables comme demander à quelqu’un de descendre d’un arbre pour sa propre sécurité.

J’ai aussi l’histoire d’un mec qui m’a vu dégueuler par dessus bord sur une péniche à cause d’un verre de vin chaud qui ne passait pas, et qui m’a fait vomir dans son verre avant de l’engloutir devant moi. Mais ça c’est vraiment crade donc t’es pas obligée de le publier. (Ndlr : vous avez vu, je ne vous cache rien). C’est surtout pour dire qu’il se passe toujours plein de trucs fous et bizarres. Comme l’existence d’Arielle Dombasle.

Quand on vit dans une ville aussi agitée, aussi grande, on fait comment pour se ressourcer ? On est obligés d’aller à la campagne ? 

Aller à la campagne c’est un peu un truc ici. 

« J’ai envie de campagne », « Ca vous dirait pas qu’on se fasse un truc à la campagne ? », « J’étais à la campagne le weekend dernier ça m’a fait un bien FOU jvous dit pas ! »

Ça reste des appréciations très personnelles bien sûr, mais la vie est pas mal fatigante la semaine, du coup rien que de parler de « petits weekends pour se ressourcer » fait du bien. La Bretagne et la Normandie sont super accessibles en train, et c’est possible de se mettre au vert en une heure de voiture. Ou on peut même aller en Belgique pour une misère en covoiturage. Cela dit il y a plein de petits havres de paix intramuros ou en proche banlieue : les Buttes Chaumont, le Jardin des Plantes, la petite ceinture aussi.

C’est quoi pour toi le plus grand avantage de vivre à la ville ? 

Il y a toujours quelque chose de différent à faire et à découvrir. Expos, concerts, conférences, lieux éphémères, évènements en tous genres… Tu me diras qu’à la campagne l’offre est vaste aussi (chasse, pêche, cueillette, tout ça), mais la vie culturelle ici est infinie, c’est pas facile de s’ennuyer en sortant de chez soi, tu peux même t’amuser à jouer au touriste et redécouvrir la ville en allant dans des lieux phares que finalement tu ne visites jamais.

tour eiffel.jpg

Y’a une énergie générale qui est assez positive, et puis j’ajouterai que de pouvoir se sentir anonyme à n’importe quel moment a quelque chose d’assez libérateur.

D’ailleurs c’est quoi la chose que tu préfères à Paris ? Celle que tu ne pourrais quitter pour rien au monde ? 

Mon mec ? (Ndlr : M. je me méfierai du prochain truc qu’elle va te demander) Sinon plus sérieusement je pourrais pas te citer une chose en particulier. Paris et son effervescence me font un peu l’effet du syndrome de Stockholm, le truc où tu tombes amoureux de ton ravisseur (comme pour mon mec du coup, tiens). (Ndlr : ah non, c’était juste pour cette blague finalement)

Après tout ce temps, c’est quoi l’image que tu as des Parisiens ? Ils méritent leur réputation d’élitistes snobinards qui passent leur temps à râler et à parler en noms de stations de métro comme si c’était logique que tout le monde puisse comprendre ?  

La majorité de mes amis sont des provinciaux, CQFD ? Mais en vrai l’expérience prouve qu’il y en a de très sympas, et quitte à partir dans une réponse un peu bateau, je vais dire qu’il ne faut pas mettre tous les œufs dans le même panier. Il y a clairement (selon moi) une partie de des parisiens qui répondent aux clichés qu’on a sur eux mais je n’irais pas jusqu’à en faire une généralité, tout dépend des personnes avec qui tu traînes au fond, comme partout. Et puis Paris ça rend un peu fou, quand je rentre en Alsace, je me surprends à faire de la tachycardie quand je vois que je dois attendre le tram 8 minutes (Ndlr : je confirme, pour moi c’est surréaliste quand je vois quelqu’un courir pour attraper un métro alors que le suivant est dans deux minutes à peine) et que je trouve que tout va trop lentement. Alors pour excuser les autochtones je dirais que le « I ❤ rien, I’m Parisien » c’est pas dans leurs gênes, ça vient aussi de l’environnement.

Hé d’ailleurs, tu connais un endroit élitiste et snobinard (on dit insolite ou arty je crois maintenant) mais néanmoins irrésistible à Paris ? 

J’ai trouvé l’appellation de « wannabe underground » pour les gens qui fréquentent ce genre d’endroits. J’ai pas d’exemple précis qui me vient en tête, peut être parce qu’il s’agit surtout de lieux un peu concepts et éphémères. T’as souvent envie de baffer tout le monde, mais c’est toujours cool au final. 

Sinon je dirais la Concrete. En gros c’est une péniche electro quai d’Austerlitz, je recommande plus vraiment d’y aller le soir parce que la population noctambule a perdu de sa fraîcheur au fil des ans mais quand il fait beau le dimanche après midi c’est toujours chouette de boire une bière sur l’eau et de danser en jouant au baby-foot. Dans ce genre là il y a plein d’endroits de « fête de jour » où passer ses weekends, surtout l’été, comme la Ferme du Bonheur ou le 6B, le Glazart… C’est quitte ou double pour l’ambiance mais les lieux et les programmes proposés valent souvent la peine.

Je suis désolée, mais le truc que je retiens après chacun de mes passages, c’est que la vie est hors de prix, il existe des bons plans pour économiser ? 

Même avec des bons plans, je crois bien qu’il reste malheureusement assez difficile d’avoir la qualité de vie que l’on peut avoir en Province. Mais après pas non plus besoin de rester cloîtré  pour ne pas mettre le feu à sa CB, il y a des tonnes de petites adresses à prix très raisonnables. Ça dépend aussi des quartiers, mais je sais qu’il y a par exemple des sites qui répertorient les bars qui servent des pintes à moins de trois euros. En fait mon principal conseil c’est d’éviter les attrape-touristes, c’est à dire les grandes brasseries, ou les trucs qui se veulent visiblement minimalistes-conceptuels-bobos (rayez la mention inutile). Quand on est là pour un weekend c’est pas facile de découvrir les bons plans  puisque l’offre est tellement étendue,  personnellement je tombe le plus souvent dessus par hasard (mais je peux essayer de te constituer un petit carnet si tu veux).

Il y a souvent des évènements gratuits qui sont organisés, donc quand on vit là et qu’on est un peu motivé on peut facilement bien s’en tirer. Sinon au quotidien je ne mets plus trop les pieds au supermarché, il y a à peu près mille marchés ouverts tous les jours pour bien manger, et des boutiques de producteurs ou par exemple tu remplis ta bouteille de vin directement du tonneau (on dit tonneau?) (Ndlr : demande à ton amoureux du coup)

On va où pour être tranquille ? 

On reste chez soi ! Il y a tellement de choses à faire et toujours des potes motivés qui trainent pas loin alors parfois c’est difficile de faire un break, de pas se sentir obligé, de ne pas avoir peur de louper quelque chose. Mais s’il y a un endroit pour moi où la phrase « Il y en aura d’autres. » est valable, c’est bien ici. Donc perso pour déconnecter c’est dans mon salon que ça se passe pour rêvasser  : un plaid, un thé, un bouquin ou une série et on en parle plus.

Sinon il y a deux autres choses que j’aime faire pour déconnecter, c’est boire un café seule en terrasse et observer ce qu’il se passe autour de moi, mais j’imagine que c’est quelque chose de probablement assez universel ? Le deuxième truc c’est d’aller à l’aquarium, il y en a un à Porte Dorée qui coûte 3 euros contre les 20 de celui du Trocadero. La taille des requins est divisée par celle du prix mais j’aime bien l’atmosphère un peu hors du temps de ce genre de lieux (et il y a aussi un super parc à côté, avec un lac et tout).

Si je ne devais me fier qu’à un seul avis pour l’art, ce serait le tient. Alors fait moi rêver, l’art tu l’observe où à Paris ? 

Absolument partout, et c’est ça qui fait aussi la beauté de la ville. Rien qu’architecturalement parlant, il suffit de lever un peu les yeux pour voir que c’est magnifique. Et comme je l’ai dit, l’offre culturelle est intarissable, il y a des musées absolument partout. On peut aussi parler du street art qui est très présent et qui anime un peu les murs. Au coin de chaque rue ou dans le métro tu peux tomber sur quelque chose d’inattendu, de coloré, de poétique. Il y a deux jours j’ai remarqué que sur le haut de l’immeuble en face de mon arrêt de bus il y a une énorme fresque qui dit « Si je n’ai pas le temps de te dire au revoir tu sauras que je t’aime, bon voyage » et ça m’a rappelé qu’il ne faut pas que j’oublie de m’émerveiller de tout ce qui m’entoure. L’important c’est de garder les yeux ouverts. 

Tu veux nous dire un dernier mot sur la ville ? Avec quelle ville tu tromperais Paris ? 

Alors je ne sais pas si c’est moi qui ai du l’apprivoiser ou le contraire, mais il m’a fallu pas mal de temps pour m’habituer à Paris. Ville lumière, ville de l’amour, ville qui ne dort jamais, ville de l’art, tout ça c’est vrai. D’ailleurs ça me semble toujours encore un peu fou à chaque fois que je réalise que tout ça c’est mon quotidien, ma vie aujourd’hui. Ce n’est pas une ville qui plaît à tout le monde (Ndlr : peut être qu’il faut y vivre pour apprendre à l’aimer finalement, on en revient au syndrome de Stockholm (prochain article à lire d’ailleurs) ) mais je dirais qu’il faut garder à l’esprit l’importance de faire la part des choses et de ne pas se laisser noyer dans l’espèce de morosité que l’on peut sentir parfois.

paris déco off.jpg
quand c’est le Paris déco off, ça va un peu mieux du coup.

Je ne sais pas si j’y resterai pour toujours, surtout depuis que je suis tombée amoureuse de l’Asie du Sud est et que du coup je me vois plus couler des jours heureux sous les cocotiers que sur le quai de la 7. Voilà, j’ai parlé d’une ligne de métro comme si c’était une évidence pour tout le monde.  (Ndlr: Ah si, elle m’a quand même fait une pique finalement)



 

Ses bonnes adresses

Shopping

El indio feliz, cf question 2. C’est un petit magasin d’artisanat du monde entier (surtout d’Amérique Latine) rue de la Roquette tenu par une famille fana de voyage qui ramène des bijoux et des objets du monde entier. Tout est super beau et pour une fois dans ce genre d’endroits les prix ne sont pas complètement affolants. Je perds trois heures à chaque fois que je passe devant parce qu’ils sont capables de te dire exactement d’où vient la moindre paire de boucles d’oreilles (et qu’ils adorent parler).

Il y a aussi Kiloshop qui a plusieurs enseignes pour faire les fripes au poids à condition d’être plus chanceux et patient que moi, mais je sais de source sûre qu’on y trouve de petites pépites.

Je vais juste encore parler d’une librairie de voyage rue des Ecoles dans le 5e, où il y a tout ce qu’il peut exister sur et par le monde. J’entends par là qu’il y a à la fois toute la littérature internationale dans toutes les langues possibles, des ouvrages sur tous les pays, leur histoire et leurs coutumes, et à peu près autant de guides de voyages que d’avions dans le ciel (dans ma tête ça veut dire beaucoup). J’aime aussi cet endroit parce qu’il faut monter sur des échelles pour atteindre le haut des rayons, et ça c’est cool.

 Ses musées préférés

Le musée Gustave Moreau dans le 9e : c’est un peintre symboliste que j’adore, et surtout le musée se situe dans son ancienne maison qui est magnifique. Tout est très bien conçu, ils ont par exemple fabriqué des sortes d’étagères à tiroirs pour ses esquisses, et il n’y a jamais trop de monde.

J’adore le musée d’histoire naturelle aussi (au Jardin des Plantes, où il y a un zoo d’ailleurs), il a quelque chose d’un peu désuet et reposant, et le bâtiment en lui même vaut le coup.

Pour les classiques, forcement le Louvre et le musée d’Orsay, à visiter absolument.

Ses bars idéaux entre amis 

Je vais t’en donner trois, tiens (même si je ne me suis pas limitée dans les autres catégories, tu me diras, mais c’est un peu ma préférée).

Le Comptoir Général, un énorme lieu quai de Jemmappes, assez désordonné et atypique. C’est un espèce de cabinet de curiosité à l’ambiance africaine avec au programme portraits d’hommes politiques congolais, salon de coiffure vintage, rhum, mini friperie, cour intérieure tropicale. Voyage voyage quoi.

Le Cantada II, un bar à absinthe à la carte longue comme le bras d’un orang-outang. Alors là c’est plus hard-rock, squelettes aux murs et barman échappé de Sons of Anarchy, et on y boit de l’absinthe comme il faut, avec le robinet, la cuiller et tous les trucs techniques qui m’échappent, et tous les derniers jeudis du moins un show de strip tease burlesque avec des thèmes fous et des battles départagés à l’applaudimètre : on boit bien et on se marre bien.

Le Perchoir à Ménilmontant, c’est pas donné-donné mais l’ambiance est toujours cool, et le   rooftop est parfait.

Pour une tournée des bars en bonne et due forme je conseille aussi le quartier de la Butte aux Cailles dans le 13e arrondissement, on dirait une petite ville dans la ville et c’est super animé le weekend.

Un restaurant convivial

Le Mary Céleste dans le Marais : super produits, super carte de tapas qui change tout le temps, super cocktails, super carte des vins, super accueil et un bar à huitres. (Ndlr : vous ne le saviez pas encore, mais je raffole des huitres, cool ma vie non ?)

L’Îlot, pour les fruits de mer ! C’est pas loin du Carreau du Temple qui est un chouette centre culturel dans le 3e, et c’est pas très cher (non négligeable pour des fruits de mer, hein).

Un théâtre cool

Il y a des tonnes de petits théâtres avec de belles programmations à Paris, mais de manière très classique mon préféré reste l’historique Comédie Française. C’est quasiment impossible d’être déçu puisque tout est parfait, et ça reste un truc à faire quand on visite Paris. Quand on vient un peu en avance, on a de fortes chances d’avoir de bonnes places à tarifs très réduits grâce aux personnes qui ont des abonnements et qui ne viennent pas, et ça fait toujours plaisir pour un truc d’une telle qualité.

Une boîte démente

Il y en a plein ma foi. Le Cabaret Sauvage, le Bus Palladium, le Rex Club (mais seulement le jeudi soir), la Concrete, le Divan du Monde… Je recommande surtout d’éviter tous les lieux genre le Madam, Papillon, les Planches et ce genre d’endroits, à moins qu’on ai envie de passer la nuit à se dandiner sur Rihanna au milieu de gens très cons.  (Ndlr : moi j’aime ça, je vais peut être y faire un tour)

Le meilleur food truck

Les burgers du Camion Gourmand, en plus d’être délicieux ça appartient à des copains !

Publicités

2 commentaires sur « Paris »

Les commentaires sont fermés.