2#Voyage musical

Musique Tzigane today.

Publicités

Il est né en 1963 en Algérie.

C’est un musicien fantastique, et l’album  » Gilles Apap and the Transylvanian mountain boys » est l’album que j’ai le plus écouté dans ma vie (sauf si on intègre dans les statistiques l’année de mes 10 ans avec le très fameux  » No Angel » de Dido).

 

Comment le décrire maintenant ? 

C’est un tour du mondiste. Oui voilà c’est ça. Musique celte, musique tzigane, Rock, country, musique indienne et irlandaise. Je connais plusieurs blogs de tourdumondistes qui n’ont pas traversé plus de frontières que lui.

Bien sûr qu’il voyage aussi beaucoup, il fait plusieurs aller-retours par an entre sa maison en bois dans la campagne californienne et le reste du monde.
Entre autres pour enseigner, mais aussi pour se produire un peu tout le temps et dans tous les registres.

Pourquoi je l’aime ? 

Parce qu’il s’en fou. Il a envoyé valser tous les codes de la musique classique avant même qu’il soit de bon ton de le faire. (Cadence totalement dingue du troisième concerto pour violon de Mozart en 1999, il siffle, il guitarise son violon, il danse, il en fait des tonnes, et même si la plupart des gens à l’époque ont trouvé ça du plus mauvais goût, excusez moi du terme, mais c’était bien fait pour leur gueule)

Jamais il ne porte de costume sur scène, il débarque avec sa petite chemise en lin et un jean et joue de son violon.
De toute façon, pourquoi faire autrement ? Il se mêle à l’orchestre, jamais il ne reste près du chef comme un gentil petit soliste bien ordonné, il voyage auprès de ses collègues. Il donne aussi des masters classes à des enfants, oui le gars qui a quand même gagné le premier prix de musique contemporaine au concours Yeduhi Menuhin (en 1985) ,

D’ailleurs, Mr. Menuhin approuvait totalement sa façon d’être, et bien sûr, par conséquent, sa façon de jouer.
Parce que, finalement, il joue comme il est, sans calcul, sans se préoccuper du regard des autres ni des conventions et du cadre habituellement bien trop strict de la musique classique, il joue sans y penser, mais jamais sans réfléchir.